Storyful expérimente le journalisme ouvert

Le journalisme ouvert a toujours été une priorité pour Storyful. Créée en 2010 par l’irlandais Mark Little, l’agence est composée d’une trentaine de journalistes chargés d’agréger et vérifier les informations glanées sur les réseaux sociaux pour de grandes entreprises de presse. Toujours désireux d’ouvrir le journalisme, Storyful lançait fin juin son “open newsroom“, un espace ouvert aux journalistes et experts basé sur le partage et la vérification.

Page d'accueil de l'espace Google + créé par Storyful

Page d’accueil de l’espace Google + créé par Storyful

S’ouvrir aux autres, se rendre vulnérable

A l’origine de la création de l’open newsroom de Storyful, un constat : aujourd’hui, le monde de l’information est compétitif, d’autant plus avec la pression de la deadline. Partager ouvertement l’information est une démarche compliquée à assimiler pour les entreprises de presse. Pourtant, le scoop n’est pas toujours le but ultime, et ouvrir son processus de recherche de l’information profite à tous. Par exemple, si un faux document ou une information erronée circule, le fait de partager, de ne pas garder l’information ralentit la spéculation qui ne fait qu’obscurcir les faits. Pour Markham Nolan, managing editor chez Storyful :

Doing this effectively can mean drawing in the people who are best placed to help. That demands a certain amount of openness and vulnerability. You need to share what you already know in order to allow others to build on it. And sometimes, the best-placed people will be other journalists.

S’ouvrir signifie attirer les personnes les mieux placées pour aider. Cette démarche demande une certaine ouverture, exige de se rendre vulnérable. Vous aurez besoin de partager ce que vous savez déjà pour permettre aux autres de construire quelque chose à partir de ce que vous savez. Et parfois, les mieux placés pour vous aider seront d’autres journalistes.

L’open newsroom de Storyful prend la forme d’un espace Google+ ouvert aux journalistes et aux experts qui partagent le but de l’équipe Storyful. Il s’agit d’une communauté en temps réel réunissant des professionnels de l’information qui travaillent ensemble pour clarifier au maximum l’info et son contexte. L’objectif : démystifier, vérifier les faits et leurs sources. L’espace n’est toutefois pas ouvert à tous. N’importe qui peut y accéder, s’informer et voir le travail en cours mais tout le monde ne peut pas y participer. Pour Markham Nolan, il était indispensable de modérer la participation pour faciliter le fact-checking et éviter le bruit.

“Pourquoi rivaliser quand on peut collaborer ?”

The Guardian s’incrit lui aussi dans une optique de journalisme ouvert. Mi-mai, le journal poste une vidéo pour expliquer sa démarche :

Afin d’enrichir leur journalisme, The Guardian s’ouvre. Aux autres médias, aux experts, aux blogueurs, aux citoyens mais avant tout, à leurs lecteurs. Afin de corriger et d’améliorer leurs articles, la solution serait, selon eux, d’avouer leurs faiblesses dans tel ou tel domaine et de demander de l’aide. Demander de l’aide à ceux qui en savent plus sur le sujet mais aussi demander à ceux qui en savent moins ce qu’ils aimeraient savoir. En s’ouvrant de la sorte, l’équipe espère développer des communautés qui graviteraient autour de The Guardian. Pourquoi, aujourd’hui, avec la présence des blogs et des réseaux sociaux, faudrait-il ne donner que la perspective d’un seul journaliste ?

Open journalism is not the end of a story, it’s the start of a conversation. A conversation you could be a part of.

Le journalisme ouvert n’est pas la fin d’une histoire, c’est le début d’une conversation. Une conversation à laquelle vous pouvez participer.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: