Facebook : troisième source d’information la plus populaire dans le monde arabe

Selon une enquête réalisée fin juin par la Northwestern University au Qatar, Facebook est l’une des sources d’information les plus importantes dans certains pays arabes comme le Bahreïn ou la Tunisie.

Pour réaliser cette enquête, l’université qatarie a interviewé plus de 10 000 personnes en Egypte, Tunisie, Arabie Saoudite, au Qatar, au Bahreïn ou encore aux Emirats Arabes. Si Al Jazeera et Al Arabiya restent les premières sources d’information pour la plupart des pays ayant pris part à l’étude, Facebook s’installe, pour la plupart des cas, en troisième place.

Infographie réalisée par http://gigaom.com/

Infographie réalisée par http://gigaom.com/

Le site Gigaom a regardé les chiffres de plus près et en a conclu que Facebook obtenait de très bons résultats en Tunisie où il est la première source d’information pour 50% des sondés. Au Bahreïn, le réseau social n’est cité que par 11% contre 10% aux Emirats et 3% au Qatar. Les seuls pays qui mentionnent Twitter sont le Bahreïn (première source d’information pour 8% des sondés) et l’Arabie Saoudite (3%).

Pour Justin Martin, professeur en journalisme à la Northwestern University, qui a mené cette enquête : “si vous regardez le pourcentage d’utilisateurs qui sont actifs sur les réseaux sociaux, le chiffre est nettement plus élevé qu’aux Etats-Unis, qu’en Australie ou qu’en Europe occidentale”. Il poursuit en déclarant que cette étude correspond à une enquête précédemment menée qui montrait que les pays arabes sont bien plus nombreux à utiliser les réseaux sociaux que les pays occidentaux :

Arabs, maybe more than any other culture around the world, have these anchored communities where they receive and share news and information and they tend to go there often for news and they tend to trust the information from their anchored communities.

Les Arabes, peut-être plus que toute autre culture à travers le monde, possèdent des communautés très ancrées à travers lesquelles ils reçoivent et partagent l’information. Ils ont tendance à régulièrement se servir de ces communautés pour obtenir de l’information et ils ont tendance à faire confiance à l’information qui circule au sein de ces communautés.

Comme le souligne Matthew Ingram pour paidcontent.org, une des conséquences des médias sociaux sur notre consommation de l’information est en quelque sorte un retour à la manière dont l’information était consommée et distribuée avant que les journaux existent, un retour à l’époque où les cafés et commerces étaient les seuls endroits où on pouvait trouver l’information dans sa communauté.

L’étude conduite par la Northwestern University montre clairement que les habitant de certains pays arabes ne font pas confiance aux médias traditionnels, ce qui peut également être une raison pour laquelle ils préfèrent se tourner vers les réseaux sociaux. En Egypte et en Tunisie, qui ont tous deux vécu le Printemps arabe, seulement un quart des sondés ont déclaré penser que les médias traditionnels étaient crédibles.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: